Louis Fine : de l’écoute de la nature à la Leaf

20 JUILLET 2021 NOUVELLES
à l'écoute de la légende de la Leaf

Avec Louis, tout le monde s’entend

Plusieurs mois avant l’accouchement, en auscultant les rondeurs d’Huguette Tétreault-Fine, la sage-femme s’était exclamée «Le p’tit écornifleux écoute aux portes! Y’a l’oreille collée sur la sortie pour entendre tout c’qui s’dit à l’extérieur». Ça explique pourquoi dès que la jeune Tétreault-Fine a crevé ses eaux, une belle oreille bien ronde et rouge rose s’est montrée au pavillon de la maternité et il a fallu que Louis Fine se fasse un peu tirer l’oreille pour venir au monde.

Toute la vie de Louis Fine a été consacrée à chasser les sons, à les associer à leurs émetteurs et aider les gens à se prémunir des dangers. Quand les hommes partaient à la chasse, ils emmenaient Louis, car il pouvait déterminer au centimètre près où se trouvait un petit lièvre 2 kilomètres plus loin juste en percevant la respiration haletante du léroporidé qui s’affairait à devenir papa pour la 523e fois de l’année.

Avant le départ pour la pêche à la morue dans «la grande baie des Canadas» (les vieux pêcheurs de son Rimouski de 1734 appelaient encore le Golfe du Saint-Laurent comme ça, car c’est ainsi que l’avait désigné Samuel de Champlain presque 100 ans auparavant), les morutiers lui demandaient de vérifier les bateaux. Il se posait au centre du quai, oreilles tendues, à l’affût des moindres crac-croc de bois, pffsss d’infiltrations, zliiiialala des cordages fatigués et flickaflickaflic des mailles de voiles. «Le mât du gros Jean Comme Devant se plaint d’avoir mal à la base… La grande de Tibato couine aux oeillets et elle menace de mettre les voiles… L’écoutille bâbord de Douche France siffle un peu du vent d’est, ce qui peut former un beau trou dans la coque en pleine tempête… comme celle que j’entends se former au large du Groenland et qui se demande si elle veut aller prendre ses vacances dans le sud ou sur la gueule des Portugais… Et aussi, y’a Lamerquonvoitdanserleongdesgolfesclairs qui se plaint que vous avez mis les 12 barils de bagosse dans la pince avant, faque elle force pas mal pour garder la proue hors de l’eau»

Une descendance à l’écoute

Dans la région, toute la descendance de Louis Fine s’est démarquée au fil des siècles par leur sens de l’écoute. Outre les multiples ophtalmologistes, il y a eu le curé Recon Fine qui avait la réputation d’entendre les vraies pensées de ses paroissiens et l’agricultrice Alapo Fine qui attendait que ses légumes lui disent quand ils étaient prêts à être cueillis.

Aujourd’hui c’est Bénédicte Fine, dite Ben Fine, qui perpétue l’art d’écouter finement en s’affichant comme «Oreille» pour toutes sortes d’organisation, comme les parfumeurs s’affublent du titre de «Nez». Ben Fine forme chaque année des centaines de personnes expertes en service à la clientèle à aller au-delà des mots que les clients disent. Par exemple, aux dirigeants de Nissan elle a appris à écouter les attentes et les rêves des gens, soit ces petits sons qui sifflent chaque cent syllabes et qui synthétisent les sensations souhaitées des supporters de Nissan. Cette science a permis aux ingénieurs de créer la Leaf… c’pas rien quand même!

Leaf Rimouski Nissan

La Leaf de Ben Fine

Ce que Ben Fine apprécie par-dessus tout de sa Leaf, c’est son silence. À l’arrêt, en roulant, en freinant et même en accélérant, avec en prime une bonne sensation de vitesse en raison de sa puissance de couple instantané (le moteur électrique synchrone à courant alternatif de 110kW qui développe 147 chevaux et pieds de couple, ça décoiffe!) … rien. Elle n’entend rien, sauf le vent qui siffle, la femme dans la voiture dépassée dire « Wow! C’était vite ça! » et le chevreuil à 824 mètres dans le bois dire « Wow! C’était vite ça! ».

Sans une seule goutte de carburant et sans émissions d’échappement, grâce à la batterie de 62 kWh, elle profite d’une autonomie de 363 km. Avec le chargeur embarqué de 6,6 kW et le port de recharge rapide livrable, Ben Fine est ben contente de ne jamais attendre très longtemps pour reprendre la route.

Elle rêve régulièrement qu’elle part en roadtrip avec son ancêtre Louis Fine au volant de sa Leaf, à l’écoute des moindres sons de la vie. « Lui et moi on s’entendrait tellement bien! » dit-elle toujours.

Partager:
Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Twitter Partager par courriel

Nouvelles récentes

Plusieurs mois avant l’accouchement, en auscultant les rondeurs d’Huguette Tétreault-Fine, la sage-femme s’était exclamée « Le p’tit écornifleux écoute aux portes!

Une enquête révèle que chez le concessionnaire Rimouski Nissan, il n’y aurait pas de fin d’heures pour les propriétaires de Pathfinder

Au moment où le docteur Béland vit le visage du bébé apparaître entre les jambes de sa mère, lui faire un clin d’œil et retourner bien au chaud dans son abri des 9 derniers mois, il crut halluciner.